This Site








19th Congress of KKE




L'EXPÉRIENCE ACCUMULÉE AU COURS DU 19E FMJE DOIT DEVENIR UN TREMPLIN POUR LE RENFORCEMENT DE LA LUTTE ANTI-IMPÉRIALISTE CONTRE LE SYSTÈME QUI GÉNÈRE LA PAUVRETÉ, LA MISÈRE, LE CHÔMAGE ET LES GUERRES IMPÉRIALISTES.

Conclusions tirées par la KNE lors du 19e Festival Mondiale de la Jeunesse et des Etudiants

La KNE salue les milliers de jeunes gens originaires de plus de 100 pays pour leur participation au 19e FMJE en Russie, sous le slogan "Pour la Paix, la Solidarité et la Justice Sociale, nous combattons contre l'impérialisme – En honorant notre passé, nous construisons le futur." Le festival a honoré cette année le centenaire de la Révolution socialiste d'Octobre et les 70 ans de l'existence du Festival. De 1947 jusqu'à aujourd'hui, il a été une tribune pour la condamnation des crimes impérialistes, des guerres et des interventions, et pour l'échange d'expériences entre des jeunes du monde entier à propos des luttes qu'ils mènent dans leurs pays contre les mesures anti-populaires, une tribune pour la solidarité internationale.

 

Depuis le tout début de la préparation du festival, la KNE a lutté selon ses principes, avec combativité et persistance, pour que les bons critères soient respectés afin d’assurer la réussite du Festival et ainsi est rentrée en conflit avec la tentative de l'Etat Russe de s'impliquer dans le Festival afin d'en altérer son contenu anti-impérialiste. En même temps, la KNE a mené un conflit politique  et idéologique contre des positions problématiques développées dans la FMJD par des organisations qui ne comprennent pas l'impérialisme comme le capitalisme monopoliste, comme l'ère de passage du capitalisme au socialisme, et ainsi de fait ne mènent pas la lutte anti-impérialiste cohérente, la lutte contre toute la bourgeoisie, et ses diverses sections mais aussi de toutes ses unions, étant tolérants ou même supportant des gouvernements bourgeois pratiquant des politiques anti-populaires. La tentative de telles forces, qui restreignent l'impérialisme aux US ou aux frontières de l'UE, qui       caractérisent même des conflits intra-bourgeois au sein du système impérialiste comme des soi- disant "luttes anti-impérialistes", l'exemple le plus vulgaire en étant la Turquie d'Erdogan, est particulièrement problématique.

Le caractère anti-impérialiste du Festival a réussi à rester vivant, à être visible dû aux efforts persistants de nombreuses organisations membres de la FMJD pour souligner le réel message de la lutte anti impérialiste lors des séminaires et des évènements. Dans cet effort, la KNE a fait de son mieux, en réalisant les discours principaux dans 3 séminaires sur la Révolution d'Octobre, trois autres sur le combat contre l'anti-communisme, dans des séminaires sur la guerre impérialiste et la crise capitaliste, et est également intervenue dans des douzaines d'autres. Aussi, des organisations du mouvement populaire de classe en Grèce ont prononcé les discours principaux ou ont participés à des séminaires contre les interventions impérialistes, sur la solidarité internationale, le mouvement étudiant, les inégalités des femmes.

Aujourd'hui, il est encore plus évident que la pression exercée par les renversements contre- révolutionnaires de 1989-1991 dans l'URSS et les autres pays socialistes ont résulté soit à la dissolution, soit à la mutation et l'assimilation de nombreuses Organisations de Jeunesse Communiste. Depuis le début, la KNE avec des Organisations de Jeunesse Communiste d'autres pays du monde, s'est battue de façon continue pour la préservation du caractère anti-impérialiste et pour le chemin historique du FMJE. Une lutte contre les forces qui veulent la FMJD avec une ligne supposément plus "large" (i.e. sous la domination d'une ligne opportuniste et social-démocrate), dispersée dans d'autres formations, ONGs internationales et Forum Sociaux, pour être alignée avec les aspirations des Etats et des classes bourgeois.

36 Organisations de jeunesse communistes et révolutionnaires du monde entier ont crié : le message d'Octobre reste pertinent et porteur d'espoir !

Un évènement particulier et un des moments les plus importants pour les communistes qui étaient à Sotchi a été l'évènement conjoint de 36 Organisations de Jeunesse Communiste du monde entier pour célébrer le centenaire de la révolution d'Octobre. Cet évènement, qui a été l'un des plus massifs du Festival, a été le point culminant de l'intervention des communistes lors de ces jours. Pendant plusieurs heures, le Hall Lénine a été rempli par des centaines de jeunes communistes qui ont honoré l'évènement le plus monumental du 20e siècle avec leurs discours et les slogans internationalistes qu'ils ont échangé avec combativité et optimisme révolutionnaire. Même s'il existe des différences importantes entre les organisations qui ont participé, un tel évènement souligne le besoin de renforcer la discussion et l'action commune à un niveau international entre les Organisations de Jeunesse Communiste.

Au contraire, certaines forces ont réfuté ce besoin, proclamant qu'un tel évènement ne pouvait pas être tenu selon l'argument qu'il serait sectaire, puisqu'il n'impliquerait que les OJCs et aucune autre force, que cela saboterait la FMJD. Un tel point de vue n'est pas correct. La discussion, la réflexion saine, la coordination et l'action commune des OJCs non seulement n'empêche pas le renforcement de la FMJD, mais c'est une condition nécessaire pour la sauvegarde de son caractère anti- impérialiste. L'argument du sectarisme, est infondé et dommageable, mets des obstacles dans l'action internationale commune des communistes et contraste avec l'expérience du mouvement communiste international, comme le montrent des meetings régionaux et internationaux. Il est positif que la déclaration de presse de l'évènement commun ait été signée par toutes les organisations qui y ont participé, mais aussi par d'autres qui n'ont pu être présentes.

La résolution du 11e congrès de la KNE reste pertinente, soulignant que : "Le renforcement de l'action commune des Organisations de Jeunesse Communiste est la base solide pour une orientation et le renforcement de l'action de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique (FMJD), afin de contribuer à la mobilisation des forces, organisations, organisations de jeunesse contre les politiques du capital, de ses gouvernements et ses unions, des plans impérialistes et des guerres".

La tentative de mutation du caractère anti-impérialiste du FMJE doit être vaincue

Lors de tous les festivals tenus dans des pays capitalistes, les régimes bourgeois ont, d'une façon ou d'une autre, utilisé l'évènement pour leur bénéfice au service de leurs buts généraux et idéologiques. Cependant, lors du 19e FMJE, notre mouvement a été confronté à la tentative nauséabonde du gouvernement Russe d'intervenir grossièrement et de totalement contrôler le programme, le contenu et les processus du Festival. Dans le but de transformer le FMJE en "grand festival russe" au  contenu bourgeois, totalement intégré dans l'effort d'améliorer la position de la bourgeoisie russe, dans le cadre de la compétition internationale. Pour cette raison il a fait tout son possible pour mettre de côté la FMJD elle-même.

Déjà lors des meetings de la Comité Internationale Organisatrice il était évident que le gouvernement avait pour but d'avoir la main sur l'organisation et le programme par divers comités, en limitant les membres de la FMJD de la Comité Internationale Organisatrice à un rôle de ratification de ce qui avait été déjà décidé auparavant par les autorités russes. Les réactions des camarades à cette situation ont été impératives et, dans certains cas, ont mené à un débat politique plus substantiel au sein de la CIO.

Le gouvernement russe porte la responsabilité entière pour ne pas s'être tenu aux termes agréés, pour ne pas avoir rempli les conditions pratiques pour la participation des délégués dans beaucoup de   cas. L'annulation de vols charters et Moscou-Sotchi, les retardements significatifs pour l'obtention de VISAs dans certains pays, résultant en l'annulation de la participation de douzaines de délégations de pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine, sont caractéristiques. Pour le cas de la délégation du Sahara Occidental, les autorités leur ont interdit l'entrée en Russie et les ont expulsés. L'expulsion de centaines de délégués (la plupart venant d'Inde, du Népal et du Sri Lanka) lors des premiers jours du festival, parce qu'ils n'étaient même pas accrédités pour y participer, est aussi caractéristique.

Mais il y a eu également des exclusions fondées sur des critères politiques. Nous condamnons particulièrement l'exclusion de la majorité des délégués du RKSMb (membre de la FMJD et du Comité National Préparatoire de Russie), l'exclusion de son secrétaire, Michael Belyaev, qui n'était pas accrédité, alors que le camarade Batov, deuxième secrétaire du CC du PCOR (Parti Communiste Ouvrier Russe), n'a été autorisé à accéder au festival qu'un seul jour. Un cadre du SKOJ (Ligue des Jeunesses Communistes de Yougoslavie), sans aucune justification, a été déporté en Serbie à l'arrivée de la délégation à l'aéroport. Des cadres des Komsomols Léninistes d'Ukraine ont été arrêtés à la frontière par les autorités ukrainiennes qui ont confisqué la majeure partie de leur matériel.

Dans des douzaines de cas les forces de sécurité ont empêchés aux membres des OJC d'entrer dans le Festival parce qu'ils possédaient du matériel politique, visant principalement les symboles du communisme, la faucille et le marteau, Lénine, ou en général les références au socialisme- communisme dans leur matériel. La plupart du temps, le résultat a été soit de garder les délégués dans la salle de contrôle pour un long moment, soit de confisquer leur matériel, afin de les laisser rentrer.

La KNE n’a pas toléré cette situation inacceptable et, ensemble avec les autres OJCs, a informé largement et dénoncé ces phénomènes, mettant ainsi la pression sur les autorités russes. Ceci a résulté en la présence de facto de toutes les organisations de la FMD sur la zone du festival, et la criminalisation des symboles du communisme n’a pas été acceptée. L'intervention du KKE a l'ambassade russe en Grèce a été également importante, dénonçant le fait que la police russe a empêché des membres de la délégation de la KNE d'entrer dans le festival, parce qu'ils avaient avec eux des déclarations du KKE pour le centenaire de la révolution d'Octobre, des éditions du Parti et des drapeaux rouges avec la faucille et le marteau, sous l'allégation que "le marteau et la faucille sont illégaux".

Le gouvernement russe n'a même pas respecté le choix de slogan que la FMJD a fait pour ce  festival : "Pour la Paix, la Solidarité, la Justice Sociale, nous combattons contre l'impérialisme – Honorant notre passé, nous construisons le futur". En ville, dans les média et sur le site du festival, le slogan "Russie 2017 – Ensemble avec toute la planète" prédominait. Mais comme il n'était pas possible de cacher que la 19e édition du FMJE était dédiée à l’évènement historique de la Révolution d'Octobre, une tentative sérieuse d'en altérer son contenu a pris place. Cela signifie que les autorités Russes ont impliquées la Révolution d'Octobre dans une discussion sur le soit- disant but patriotique commun (de la classe ouvrière et de la bourgeoisie) à une grande et forte Russie capitaliste.

Sur cette base, la participation des invités du gouvernement Russe, des groupes monopolistes la plupart Russes mais aussi internationaux, et le "rôle positif joué par l'Etat russe à un niveau international" ont dominé le site du Festival. Ces invités ont reçu la vaste majorité des halls qui ont été utilisé par le Festival, afin d'organiser des séminaires tels que "L'Entreprenariat et l'Innovation des Jeunes", "Le Développement Durable", etc., avec des exécutifs d'entreprises, des ministres et des officiels du gouvernement comme intervenants. Diverses forces bourgeoises, et même des forces nationalistes de Russie, d'Autriche, d'Italie et de Serbie, des forces opportunistes comme les soi- disant forces "eurosceptiques" et "pro-Russes", mais aussi des gouvernements bourgeois comme les gouvernements d'Israël et de Turquie étaient les invités du gouvernement Russe au Festival (c'est à dire qu'ils n'ont rien à voir avec la FMJD et ont été accrédités par les autorités Russes).

La résolution du Comité International d'Organisation du Festival de ne pas donner de tribune aux participants en dehors des Comités de Préparation Nationaux est particulièrement importante. Tout autant que le fait que la majorité des organisations membres de la FMJD, avec l'intervention décisive des Organisations de Jeunesse Communiste, n'ont pas participé aux évènements du gouvernement Russe.

L'implémentation de la plupart du programme politique, qui avait été au final décidé dans le cadre des procédures de la FMJD, n'était pas quelque chose d'acquis, comme il a été prouvé depuis le début. Cependant, malgré les efforts de "dépolitisation" du FMJE à travers la restriction du programme de la FMJD dans le minimum de petites salles, l’exclusion des symboles communistes, les continuels contrôles continus, la présence distincte de la FMJD a été possible, avec l'action décisive des OJCs en première ligne.

Nous continuons le renforcement de la lutte anti-impérialiste dans notre pays et à l'international

L'expérience de la participation au 19e FMJE, positive et négative, doit être utilisée par les autres organisations de la FMJD, pour devenir le tremplin d'un renforcement de la lutte anti impérialiste, contre le système qui génère la pauvreté, la misère, le chômage et les guerres impérialistes entre les peuples. Dans cette direction, la lutte dans chaque pays peut être en effet renforcée, tout autant que l'action commune de nos organisations dans la FMJD.

Le Comité des Relations Internationales du CC de la KNE.



KNE 2011